Four impromptus D 899. Sonata in B flat major D 960 / Franz Schubert

Musique audio

Schubert, Franz | Vanden Eynden, Jean-Claude

Edité par Play It Again Sam. Paris - 2017

Né en 1948, le pianiste belge Jean Claude Eynden, à la carrière internationale, a été à 16 ans le plus jeune lauréat du Concours Musical International de la Reine Elizabeth. Après une carrière de soliste auprès des grands orchestres européens et américains, il se tourne vers la musique de chambre et a déjà enregistré deux disques (Magnard, Franck et Schumann) de sonates pour violon et piano avec Gérard Poulet. Jean Claude Vanden Eynden a aussi de remarquables qualités de soliste, il a notamment enregistré une intégrale Ravel qui a fait date. Aujoud'hui c'est vers Schubert que le pianiste nous convoque avec le testament musical du compositeur, la dernière Sonate D960 en Si Bémol, u'il complète l'eegisteet avec les Impromptus D.899. C'est cet espace entre l'idée grave de la mort et la légèreté exquise que Jean Claude Vanden Eynden nous aide à franchir, en nous restituant un univers unique avec une sensibilité et une simplicité bouleversantes.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Streichquintett D 956 = Quintette à cordes D 956 / Franz Schubert | Schubert, Franz (1797-1828). Compositeur

Streichquintett D 956 = Quintette à cordes D ...

Musique audio | Schubert, Franz (1797-1828). Compositeur | 1990

Sonates pour piano n° 09, 11, 13, 14 / Franz Schubert | Schubert, Franz (1797-1828). Compositeur

Sonates pour piano n° 09, 11, 13, 14 / Franz ...

Musique audio | Schubert, Franz (1797-1828). Compositeur

Stabat Mater, D 383 / Franz Schubert | Schubert, Franz (1797-1828). Compositeur

Stabat Mater, D 383 / Franz Schubert

Musique audio | Schubert, Franz (1797-1828). Compositeur

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Schubertiade de rêve 5/5

    Schubert au mieux de sa forme. La plus poignante comme on l'aime dans les sublimes impromptus de l'opus 90 qu'avait pourtant immortalisés Alfred Brendel. Jean-Claude Vanden Eynden "sent" Schubert, différemment de David Fray, autre pianiste qui a su aussi donner une couleur juste à Schubert . Ici le ton est juste. Mélancolique et poignant mais sans tomber dans un pathos de mauvais goût. Le jeu perlé est très musical. Un régal !

    par Brigitte Le 01 septembre 2017 à 13:42