Nouveauté
5/5

1 avis

Bakhita : roman / Véronique Olmi

Livre

Olmi, Véronique (1962-....). Auteur

Edité par Albin Michel. Paris - 2017

Bakhita, née au Darfour au milieu du XIXe siècle, est enlevée par des négriers à l'âge de 7 ans. Revendue sur un marché des esclaves au Soudan, elle passera de maître en maître et sera rachetée par le consul d'Italie. Placée chez des religieuses, elle demande à y être baptisée puis à devenir soeur. Elle fut canonisée en 2000 par St Jean-Paul II.

Voir la collection «Romans francais»

Autres documents dans la collection «Romans francais»

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Bord de mer : roman / Véronique Olmi | Olmi, Véronique (1962-....). Auteur

Bord de mer : roman / Véronique Olmi

Livre | Olmi, Véronique (1962-....). Auteur | 2001

Une femme offre à ses fils deux jours de vacances à la mer. Espérant fuir l'angoisse du quotidien, elle entre inconsciemment dans l'irrémédiable renoncement.

si bel avenir (Un) : roman / Véronique Olmi | Olmi, Véronique (1962-....). Auteur

si bel avenir (Un) : roman / Véronique Olmi

Livre | Olmi, Véronique (1962-....). Auteur | 2003

Deux femmes d'une quarantaine d'années se rencontrent un soir au théâtre. Face aux épreuves, bien que se connaissant à peine, elles vont se soutenir.

La promenade des Russes : roman / Véronique Olmi | Olmi, Véronique (1962-....). Auteur

La promenade des Russes : roman / Véronique O...

Livre | Olmi, Véronique (1962-....). Auteur | impr. 2008

Sonia vit à Nice avec sa grand-mère russe. Sonia est partagée entre le tourment slave, les rêveries et nostalgies de sa babouchka et le pittoresque du Midi français. Elle se réfugie dans un imaginaire où l'on retrouve les héroïnes...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Roman pour une sainte 5/5

    Une vie romanesque que celle de sainte Joséphine Bakhita ! Une vie de martyre et d'esclave, toujours au service des autres, maltraitée, moquée pour sa peau noire, même lorsqu'elle fut admise chez les soeurs Canossiennes (ordre fondé au 19e siècle, destiné à aider les enfants pauvres et les malades) de Venise qui réussirent à l'affranchir. Et pourtant si belle ! Si belle dans son combat pour la vie, elle dont le beau visage lui était indifférent, si belle dans son combat pour sauver les autres. Elle, la rejetée, la paria, la "moretta" a eu assez de force et de courage pour résister à la cruauté des hommes et en triompher par l'amour. Véronique Olmi la dépeint avec tendresse et respect, mettant en valeur une figure de femme admirable qui s'éteignit en 1947 en appelant la Vierge. Le roman est aussi l'occasion de parler des marchés d'esclaves qui avaient encore cours à la fin du 19e siècle, tenus aussi bien par les musulmans soudanais où sainte Joséphine fut détenue, que par des hommes d'affaires blancs peu scrupuleux, au coeur d'une Afrique coloniale où bouillonnaient les rivalités des grandes puissances commerciales européennes.

    par Brigitte Le 24 octobre 2017 à 11:07